maternelles2Oct09 [le petit jardin des écoliers]La ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, a annoncé ce mardi que les mille premières écoles à mettre en place un plan de lutte contre le gaspillage alimentaire seraient «dotées d’un potager, d’un coin nature».

«Je vais lancer un appel à projets auprès de toutes les écoles, collèges, lycées», a déclaré la ministre sur France 2. «Les mille premières écoles qui feront un plan de lutte contre le gaspillage alimentaire --parce que ça fait partie aussi de l’éducation à l’environnement --seront dotées d’un potager, d’un coin nature», a-t-elle dit.

La loi sur la transition énergétique récemment promulguée contient l’obligation pour la restauration hors domicile (entreprises, écoles, hôpitaux, maisons de retraite) de faire des plans de lutte contre le gaspillage alimentaire, a rappelé Mme Royal.

Les élèves s’occuperont du potager «en appui sur les associations, dans le milieu rural en appui sur les agriculteurs», a-t-elle expliqué.

P1000898 [le petit jardin des écoliers]«Je vois dans les écoles qui ont déjà mis en place les coins nature, les potagers, le plaisir que ça a apporté aux élèves, l’éducation à l’environnement que cela (leur) apporte également (...) et la production directe, un peu symbolique», a ajouté la ministre. «Le lien avec la nature (...) et la présence de la nature dans les écoles auprès des plus jeunes, c’est aussi un élément clé de l’éducation à l’environnement et de l’apprentissage du respect des espaces verts», a-t-elle estimé.

Ségolène Royal a également déclaré mardi qu’elle allait «mettre la pression» sur les distributeurs qu’elle doit rencontrer jeudi pour qu’il s’engagent à lutter contre le gaspillage alimentaire dans leurs enseignes.

«Je vais leur mettre la pression, mais je pense que c’est aussi leur intérêt, c’est leur image de marque» qui est en jeu, a-t-elle souligné sur France 2. «Je compte sur la responsabilité et la citoyenneté des entreprises de la grande distribution» pour parvenir à un accord, a ajouté la ministre.

Mme Royal va rencontrer les enseignes de la grande distribution pour tenter de parvenir à un accord sur le gaspillage alimentaire, en raison de la censure par le Conseil constitutionnel de plusieurs paragraphes de l’article de la loi sur la transition énergétique sur ce sujet pour des raisons de procédure. Elle a d’ores et déjà averti qu’en cas d’absence d’accord elle passerait par une loi.

«Dans une société, mondialement, où beaucoup de gens meurent encore de faim et où certaines familles en situation de précarité ne peuvent pas nourrir leurs enfants, c’est intolérable de détruire des biens qui sont encore consommables et d’utiliser encore un système de dates de péremption qui trompe le consommateur», a déclaré la ministre.

AFP