Languédias3

Une journée de sensibilisation contre l’usage des pesticides et pour le jardinage au naturel était proposé ce 18 juillet à LANGUEDIAS (22). Une excellente initiative que nous aimerions voir se propager dans d'autres communes de France.

Le terrain de foot qui jouxtait l'école n'avait plus servi depuis des décennies.
Comme dans un conte de fée, le voilà maintenant transformé en cour de récréation, d'accueil du matin et de jardinage pour les enfants et aussi pour les adultes.

Dès 14 h, Emmanuel Rolland a animé une conférence sur le thème des petits jardins des écoliers.
Cette conférence était suivie du visionnage d’un film de présentation puis il s'est conclu par un débat.
À la suite un goûter bio fut organisé et un peu plus tard a eu lieu une marche contre Monsento.

Trois questions à Christian Gicquel, adjoint au maire de Languédias, en charge de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire.

La municipalité  a organisé ce samedi 18 juillet, une journée de sensibilisation contre l’usage des pesticides et pour le jardinage au naturel, quel est le but ?

Nous avons accueilli, Emmanuel Rolland, créateur du petit jardin des Ecoliers de Languenan. Celui-ci nous a présenté un film et un débat a suivi la projection. Le thème était une bonne transition avec l’espace créé sur l’ancien terrain des sports de la commune où nous installerons cet automne une serre pédagogique à la disposition des écoles et du centre pour enfants épileptiques de Bel Air. Emmanuel Rolland nous a présenté ses systèmes réalisés avec des bouteilles d’eau et pour lesquels il a été médaillé d’argent du ministère de l’Agriculture au concours Lépine de 1996. Un procédé simple et astucieux pour comprendre et apprendre le jardinage et que chacun peut utiliser chez lui. A la suite nous avons effectué une marche symbolique contre Monsanto.

 Pourquoi Monsanto ? Pourquoi cette cible ?

À cause de l’herbicide Roundup et de tous les pesticides en général. Nous trouvons des traces de ces produits dans les aliments, dans l’eau et même dans les cellules humaines. Le glyphosate, principe actif du Roundup, a été déclaré par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) cancérogène probable pour l’homme, le 20 mars 2015. Et ce, après des dizaines d’années d’études et de luttes de scientifiques qui tiraient les signaux d’alarme. Après également des condamnations de Monsanto pour des publicités mensongères où ils nous faisaient croire que le Roundup était un produit anodin. Nous savons bien que les cas de cancers sont nombreux et touchent de plus en plus les jeunes. Actuellement ce problème dépasse les institutions. Ségolène Royal parle de ne plus laisser ce produit en libre-service et les réactions fusent comme si elle touchait une liberté fondamentale. Mais moi je pense à mes enfants et à vos enfants et à leur liberté de vivre en bonne santé.

 Quels sont vos objectifs, vos espoirs ?

Bien sûr nous ne toucherons pas dans notre démarche les personnes convaincues d’avance, avec leurs certitudes sur le bien-fondé de ces produits. Il faut d’ailleurs savoir que ce sont les utilisateurs qui sont les premiers exposés aux risques. Mais moi, quand je vois une maison dont l’herbe a été brûlée au Roundup et que des enfants posent leurs jouets dessus, je me dis que quelque chose ne va pas. Nous souhaitons attirer l’attention des autres, ceux qui doutent, ceux qui pensent que finalement ils se sont fait avoir par la publicité, et tous ceux qui, simplement ne savent pas et font confiance. Cette journée a été un succès et un point de départ pour d’autres événements sur l’environnement sur notre secteur.

Languédias

LAnguédias1

Languédias2